Habemus papam…

… ou le blogueur en vacances s’offre un autre billet politique.

Séjour strasbourgeois

Il est des moments peu propices au tourisme, l’un d’eux étant celui de la visite d’un gest star. J’ai donc eu le malheur de choisir des dates de séjour en accord avec celles du Pape qui a décidé de prêcher au Parlement européen à la fin du mois de novembre 2014. Et l’autoproclamée capitale européenne (c’est écrit en gros sur ses tramways) ne manque pas de charme pour les fonctionnaires européens arrivés en masse pour l’occasion. Pour les déserteurs de l’hémicycle, travail et tourisme se confondent.  Les CRS aussi étaient à l’affiche, des chapelets de bleus à gilet fluorescent. C’était un peu leur fête aussi…

Cathédrale de Strasbourg - Rosace et Narthex

Cathédrale de Strasbourg – Rosace et Narthex

Cette ville est connue pour sa cathédrale gothique en grès rose qui a l’élégance d’annoncer aux Alsaciens les changements de temps. Plus le grès est foncé, plus le temps est humide. Ce n’est qu’un détail de ce monument que d’aucun ont appelé la huitième merveille du monde : un rideau de dentelle de pierre de cent-quarante mètres de hauteur mérite un peu d’attention tout de même.

En s’éloignant du centre

En quittant ce monument bien connu, on peut déambuler quelques minutes en direction de la rue de la Nuée Bleue et contempler un monument plus sobre et non moins intéressant. Il ne s’agit pas du siège des D.N.A. (la Pravda locale appartenant au Crédit Mutuel) mais de l’église Saint-Pierre le Jeune. Le voyage dans le temps est un peu plus brutal, la place sur laquelle se situe cette église (protestante) n’a pas encore été rénovée de propre façon « ville-musée ». Le site cache des fresques en assez mauvais état et une cour d’un couvent où l’on aurait voulu se poser pour lire un peu, si le temps était un peu plus clément.

église saint pierre le jeune

Place du Sofitel

La place abrite également un hôtel de luxe, le Sofitel, appartenant à une chaîne connue pour avoir contribué à la chute d’un ex-ministre à la libido proverbiale. Sans doute y a-t-il une origine commune aux errements du pouvoir et ceux de la libido… Le fantasme de l’asservissement de l’autre, peut-être ; ce que les plus conciliants appellent le pouvoir.

J’ai donc eu le loisir de croiser l’Union européenne en plein travail de cession parlementaire en face du Sofitel. Le réflexe m’a manqué de prendre une photo, je tente de vous transcrire cette vision un peu absurde.

Arrivé sur cette fameuse place Saint-Pierre-le-Jeune, je tente de trouver un chemin entre les limousines allemandes garées sur les trottoirs. Les pares-brise de ces voitures à cent mille euros informent les passants du droit qu’ont leurs utilisateurs à obstruer impunément la voie publique par une pancarte : « Parlement Européen ». Citoyens, soyez avertis.

Strasbourg_-_église_St._Pierre_le_jeune_protestant_-_2

Me frayant un passage entre les luxueuses automobiles immatriculées en Belgique, fabriquées en Allemagne, payées par l’Europe entière (au même titre que les nuits d’hôtel de leur occupants avec supplément « chaînes pour adultes » -véridique- ), j’arrive de l’autre côté de la place, celui de l’église. Dans l’angle d’un portail de l’église, un amas de fripes sales attire mon attention. Dans ce qui ressemble à un lot de déchet attendant le ramassage des encombrants, je distingue une jambe. C’est en fait la maison d’un clochard ayant élu domicile dans ce recoin de l’édifice sacré.

A dix mètres des limousines officielles avec chauffeur somnole un homme perdu dans un tas de déchets sales. Il me rappelle ces amas de filets de pêche que l’on trouve sur les plages du Nord, boudins informes qu’on aurait envie de retourner pour vérifier qu’aucune personne ne s’y est enroulée. On aurait envie de lui dire « Monsieur ! Faut pas rester là, il fait froid ! » à ce bête amas de cordes enroulées par la houle.

Peut-être mourra-t-il de froid cet hiver, peu importe, tant qu’il restera quelques euros pour faire des pleins, payer les chauffeurs, les hôtels, la dernière Mercedes classe S (offrande à Sainte-Industrie), mais tout continuera à aller bien, n’est-ce pas ?

Le Pape s’en est allé, les limousines aussi, avec leurs chauffeurs et leurs hommes politiques inutiles. Le petit amas de tissu sale au coin de l’église s’en ira lui aussi, il suffit de passer assez souvent devant pour ne plus le voir, angle mort de la société au pied de l’église et de hôtel…

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :